By - - 0 Comments

L’accord envoie un signal fort selon lequel deux des principaux exportateurs mondiaux croient encore aux mérites de l’ouverture des marchés.

Alors que d’autres grandes économies construisent des murs et coupent les liens, le Japon et l’Union européenne ont signé un pacte commercial historique qui englobe près de 30 % du PIB mondial. L’accord dit  » voitures contre fromage  » est  » l’accord le plus important et le plus ambitieux jamais conclu par l’UE dans le domaine du commerce agroalimentaire « , déclare Phil Hogan, commissaire européen chargé de l’agriculture et du développement rural.

Pourquoi cet accord entre l’UE et le Japon ?

« Pour le Japon, faciliter les exportations de voitures vers l’UE était l’objectif le plus important », déclare Saori Nishida, un consultant commercial basé à Bruxelles qui conseille les entreprises sur le commerce avec le Japon. « En retour, le Japon est libre d’accepter plus de produits agricoles et alimentaires de l’UE. »

Le moment est important. L’accord a été annoncé le 8 décembre, un jour où le premier ministre britannique Theresa May était à Bruxelles pour des négociations ardues sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

« L’UE a plusieurs problèmes, y compris Brexit et la montée des partis de droite. L’une des raisons en est son économie « , explique Toshihiro Okubo, de la faculté d’économie de l’Université Keio. « L’UE a besoin d’un marché d’exportation fort pour relancer l’industrie manufacturière dans des pays comme la France et l’Allemagne. »

Pour sa part, le Japon a également besoin d’un grand marché d’exportation, en particulier à la suite du retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique. Gabriel Felbermayr, directeur du ifo Center for International Economics de l’Université de Munich, prévoit que l’accord augmentera les exportations de biens et services de l’UE vers le Japon d’environ 60 %, soit 50 milliards d’euros (59,2 milliards de dollars) au cours des 10 à 12 prochaines années et augmentera les exportations japonaises vers l’UE d’environ 55 %, soit 36 milliards d’euros.

Felbermayr considère la conclusion relativement rapide de l’accord comme un signal fort que deux des principaux exportateurs mondiaux « croient encore aux mérites de l’ouverture des marchés dans un monde qui est devenu plus protectionniste ».

« Cela envoie un signal important « , dit Felbermayr, mais il ajoute qu’il y a aussi beaucoup d’autres initiatives qui vont dans la direction opposée. Lyckle Griek, consultante auprès de Japan Unlimited, une société de conseil basée aux Pays-Bas, reste optimiste : « Si un accord entre deux des plus grandes économies ne va pas renverser le protectionnisme, que peut-il faire ? Ni le Japon ni l’UE ne veulent probablement avoir à faire face à un régime de libre-échange dirigé par la Chine ».